Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les villes et sites touristiques en Camargue

 

carte.jpg

 

Les Saintes-Maries-de-la-Mer

A 40 km d’Arles, à l’embouchure du Petit-Rhône.
Nombre d'habitants : 2509

Station balnéaire très prisée et lieu de pèlerinage de la communauté gitane. C’est sur cette plage de camargue que la barque de Sainte-Marie-Jacobé et Sainte-Marie-Salomé accosta, donnant ainsi naissance au nom des Saintes-Maries-de-la-Mer. En 1448, on découvrit les reliques des deux dernières aux côtés de leur servante Sara dite Sara la noire. Ainsi chaque année, au mois de mai, les Saintes-Maries-de-la-Mer devient un lieu de pèlerinage pour la communauté gitane (du 24 au 26 mai). Maintes activités vous seront proposées : visiter l’église et monter sur son toit pour admirer un magnifique panorama sur la région, faire du shopping dans le dédale de petites ruelles pavées, vous faire lire les lignes de la main par une gitane, participer aux traditions lors des différentes fêtes et férias où vous croiserez arlésiennes en costume traditionnel, gardians, défilé d’attelage. Les amateurs de tauromachie ne seront pas en reste.

saintes-maries-mer.jpgsara-saintes.jpg

A VISITER

L'église Forteresse romane et la crypte de Sainte Sarah.
Le musée Baroncelli (traditions et histoire du village).
Le musée tzigane Pioch Badet.
Parc ornithologique. 
Etang et salins de Giraud.

le Château d’Avignon.

Arles

Nombre d'habitants : 51614

A 3 km de Fourques, 10 km de Fontvieille, 15 km de Tarascon et Beaucaire

Classée Ville d’Arts et d’Histoire, Arles vous enchantera par la richesse de son patrimoine architecturale (nombre de monuments romains sont classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité), par ses manifestations culturelles et festivals se succédant tout au long de l’année. La tauromachie est à l’honneur lors des férias de Pâques et celle du riz en septembre. La tradition est une valeur très forte de la ville,arlésiennes en costume et gardians sont de toutes les festivités. Les amateurs de nature seront séduits par les grands espaces, de la Camargue au Sud, par le massif des Alpilles au Nord, le plateau de la Crau à l’est.

arles.jpg

A voir, à visiter : le musée archéologique départemental Arles Antique, le musée Arlaten sur la vie en Provence au XIXe siècle, le musée Réattu pour les amateurs de peinture et photographie, les arènes, le théâtre antique, les Alyscamps, le cloître Saint-Trophyme…
Un peu plus loin, le Parc Naturel régional, le Château d’Avignon, Avignon, Saint Rémy-de-Provence et à quelques encablures Nîmes (27 km).

Aigues Mortes

A 7 km du Grau du Roi, 11 km de Marsillargues, 12 km de la Grande Motte, 30 km de Montpellier
Nombre d'habitants : 6084

Située à l’extrême Est de la Petite Camargue et à 2 pas de la mer. La ville doit son nom aux marais et étangs environnants appelés lei Aigas Mortas, en français «eaux mortes», qui abritent les salins. Sa position géographique permettant un accès à la mer Méditerranée et à la fabrication du sel, Saint Louis décida d’entreprendre l’édification de la ville à partir de 1241. Bénéficiant ainsi de « la gabelle » (impôt non négligeable prélevé sur la production du sel). Un exemple de sobriété pour cette enceinte quadrangulaire originale de près de 1634 mètres de périmètre. Du haut de ces remparts le panorama sur toute la région environnante est magnifique.

aigues-mortes.jpg

A voir, à visiter : les remparts et ses 20 tours, la Tour Constance, la Tour Carbonnière, les chapelles des pénitents blancs, celle des pénitents gris, l’église Notre Dame des Sablons et dans un tout autre chapitre, les Salins à bord d’un petit train

Les Salins de Giraud

A 40 km d’Arles, au Sud-Est du delta de la Camargue

                                            Nombre d'habitants : 2080

 


Créé en 1856 lors de l’implantation d’une société visant à exploiter le sel, les Salins de Giraud obtiennent en 2008 leur indépendance et deviennent la 7ème commune la plus étendue de France. Les maisons en brique rouge des cités ouvrières témoignent de la vie des saliniers jusqu’au milieu du 10e siècle. Les salins jouent un rôle écologique important et abritent de nombreuses variétés végétales et animales.

camargue-2-3.jpg

A voir, à visiter : la visite de l’usine des Salins (à bord d’un petit train au milieu de dunes de sel, prendre le bac de Barcarin pour franchir le Rhône (430 m de traversée), visite d’une manade
Activités conseillées : promenade à travers les marais, randonnée à cheval, baignade sur les plages de Piémanson ou de Beauduc, pêche, observation des oiseaux… A ne pas rater les couchers de soleil sur les marais !!!

camargue-2-2.jpg

 

Bac de Barcarin sur le Grand Rhône - Seul moyen de traverser le Rhône en voiture entre les Salins de Giraud, Port Saint Louis et la route vers Martigues, Marseille, Aix sans avoir à remonter jusqu'à Arles. Tarif pour une voiture simple 4,5€ le passage (tarifs 2005). Très nombreuses rotations tout au long de la journée.

 

La croix de Camargue

La croix de Camargue représente l’esprit camarguais et ses valeurs. Créée en 1924, à la demande du Marquis Falco de Baroncelli, elle symbolise : la Foi par les tridents en croix des gardians, l’Espérance par l’ancre des pêcheurs, la Charité par le coeur des Saintes Maries.
Signe de reconnaissance des habitants, elle est désormais déclinée sur toutes formes de support : textiles,bijoux,objets de décoration...

croix_de_camargue.gif

 

La fête des gardians

Elle se déroule le 1er mai de chaque année à Arles. La matinée laisse la place au défilé des gardiansvenus de toute la Camargue, accompagnés des arlésiennes en costume traditionnel, puis à une messe provençale en l’honneur de Saint-Georges, patron des gardians.
L’après-midi, les gardians rivalisent d’adresse lors de jeux équestres organisés dans les arènes de la ville.

gardians-camargue.jpg

Autour du taureau en Camargue


Caractérisé par sa petite taille et sa robe noire, le taureau camarguais est élevé en semi-liberté dans les marécages du delta. Il fait partie à part entière du folklore et des festivités camarguaises.

La Ferrade

Initialement, il s’agit de rabattre les bêtes d’un an à l’aide du trident et de l’immobiliser pour le marquer aux armes de la propriété et de pratiquer l’escoussure (entaille de reconnaissance à l’oreille).
Autrefois, une grande fête se déroulait dans la manade, désormais cette manifestation est gérée comme un spectacle et accueille de nombreux touristes.

gardians-camargue-copie-1.jpg

La course à la cocarde

Dans la plus pure tradition camarguaise, ce jeu taurin est apparu au milieu du 19e siècle. Reconnu comme sport par le ministère des sports, la course à la cocarde est un jeu sans mise à mort et l’animal ne subit pas de mauvais traitement. Au sein des arènes les raseteurs tout de blanc vêtu, doivent récupérer les 3 attributs accrochés : la cocarde entre les cornes du taureau, le gland à la base des cornes, les ficelles autour des cornes du taureau. De par son petit gabarit, le taureau camarguais est agile et peut surprendre les meilleurs raseteurs.
De nombreuses courses sont organisées en Camargue, la plus prestigieuse étant La Cocarde d’Or qui se déroule à Arles, ainsi que la Palme d’Or à Beaucaire, et la finale du Trophée des As.

courses06.jpg

L’Abrivado et la Bandido

L’Abrivado et la Bandido font également partie de la tradition taurine. Les taureaux sont amenés en courant à l’arène, les gardians à cheval leur faisant traverser la ville le plus vite possible. Les gens dans la rue tentent de détourner les taureaux de leur but, donnant la possibilité aux gardians de montrer leur adresse à cheval.
La Bandido est le retour des taureaux de l’arène aux prés, selon les mêmes règles qu’à l’aller. 

abrivado_vergeze.jpg

Tag(s) : #Ma camargue

Partager cet article