Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La foret de national de shoshone

1-copie-1.PNG

 

La forêt nationale de Shoshone tire son nom de la tribu indienne des Shoshones, qui, avec d'autres groupes amérindiens tels les Lakotas, Crows etCheyennes du Nord, furent les principales tribus rencontrées par les premiers explorateurs blancs s'aventurant dans la région. Des indices archéologiquesdémontrent que la présence des tribus indiennes dans la région remonte à au moins 8 000 ans14. La forêt abonde en gibier, en bois et abris durant les mois d'hiver, des hautes plaines jusqu'à l'Est. Les zones les plus montagneuses étaient fréquentées par les Shoshones et les Lakotas qui y pratiquaient des guérisons spirituelles et des quêtes de la vision. En 1840, Washakie devint chef de la tribu Shoshone se situant la plus à l'est. En 1868, il négocia avec le gouvernement américain un espace de 8 903 km² (2,2 millions d'acres) qu'il souhaitait préserver comme terres indiennes, ce territoire est aujourd'hui connu sous le nom de réserve indienne de Wind River15. Avant la création de la réserve, la cavalerie des États-Unis construisit une place forte appelée Fort Brown, qui fut plus tard renommée Fort Washakie. À la fin des années 1800, le fort fut occupé par des soldats afro-américains appartenant à la cavalerie, également connu sous le nom de Buffalo Soldiers. Le chef Washakie et Sacagawea, deux Shoshones qui fournirent une aide inestimable à Meriwether Lewis et William Clark durant l'expédition Lewis et Clark, sont enterrés au fort, qui est situé à la frontière Est de la forêt.

Plus communément, des options de bail de terrains sont offertes aux éleveurs locaux les autorisant à venir faire paître leur bétail. Les services forestiers établissent des normes environnementales afin d'éviter la surexploitation des ressources et de garantir la disponibilité des matières premières pour les générations futures. Cependant, des groupes partisans de l'écologie de conservation ont exprimé leurs inquiétudes vis-à-vis de la gestion du programme de bail qui entraîne des problèmes de surpâturage liés à la présence des bovins.  Dans la forêt de Shoshone, moins de 10 % de la surface est utilisée pour les programmes de prêts de terres, d'exploitation forestière et d'extraction de minéraux. Les 90 % de l'espace restant sont, soit désignés zone naturelle donc consacrés à la protection de l'habitat naturel, de la faune et de la flore, soit réservés à la détente des visiteurs

 

LA FLORE

À ce jour, 1 300 espèces distinctes d'arbres et de plantes ont été répertoriées dans la forêt de Shoshone, et de nouvelles découvertes sont faites chaque année. Les plaines, situées au niveau le plus bas, hébergent principalement des armoises à trois dents et des prairies alors que les niveaux situés au-dessus de la bordée d'arbres accueillent des zones forestières comprenant notamment 

 

Des sapins subalpins

HurricaneRidge_7392t.jpg


 

L'arbre est de taille moyenne (20 mètres) mais peut atteindre parfois les 40 à 50 mètres avec un tronc de 1 mètre de diamètre. L'écorce des jeunes sapins est lisse et grisâtre et devient rugueuse et fissurée sur les vieux arbres. Le feuillage est constitué d'épines de 1,5 à 3 cm de long de couleur verte mais avec deux lignes destomates bleues/blanches au-dessous.

 des épinettes d'Engelmann,

Des pins à écorce blanche

800px-Whitebark_pine_group.jpg

  Le pin à écorce blanche (Pinus albicaulis) est une espèce d'arbre appartenant au genre Pinus et à la famille des Pinaceae. Il vit dans les montagnes de l'ouest des États-Unis et du Canada, en particulier dans la Sierra Nevada, la chaîne des Cascades, les chaînes côtières du Pacifique, et le nord desmontagnes rocheuses. Il mesure généralement entre 20 et 27 mètres de hauteur.

et des pins flexible. L'espèce d'arbre la plus exploitée est le pin tordu avec le genévrier des Rocheuses, le sapin de Douglas et le tremble qui poussent à une altitude minimum de 2 700 mètres. Le long des ruisseaux et des cours d'eau poussent des peupliers de Virginie mais uniquement à basse altitude. De nombreuses espèces de plantes sont endémiques et ne sont présentes nulle part ailleurs dans le monde. Parmi ces espèces se trouvent des draves, lesastéracées et les brassicacées (Lesquerella fremontii, Shoshonea pulvinata et Townsendia condensata) qui produisent des fleurs éclatantes blanches et jaunes durant le printemps et l'été.

Partager cet article