Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

mf_haarp3_f-copie-1.jpg

HAARP signifie "High Atmosphere Auroral Rechearch Program" ("programme de recherche sur les aurores boréales en haute atmosphère"),

Tout démarre grâce aux découvertes réalisées au début du XXè siècle par Nikola Tesla, un savant serbe. Ce dernier avait remarqué que la plus haute couche de l’atmosphère – l’ionosphère – possédait une énorme quantité d’énergie électrique. A l’époque, il voulait capter cette énergie pour la redistribuer. Depuis, cette trouvaille a été reprise par un physicien américain du nom de Bernard Eastlund (qui s’est octroyé au passage la découverte !). En envoyant dans l’ionosphère un faisceau d’ondes radioélectriques, la zone ciblée se met à résonner et les atomes ionisés se mettent à osciller, devenant un plasma qui réfléchit l’onde HAARP vers le sol. L’ionosphère est en quelque sorte utilisée comme un réflecteur de flux énergétique. La technologie HAARP est administrée, non pas par le ministère américain de la recherche scientifique, mais conjointement par l’US Navy et l’US Air Force !

A quoi ça sert ?

 Au début, il s'agissait simplement de faibles énergies: on utilisait des ondes HF émises depuis Gakoma pour  ioniser l(Ionosphère - Wikipédia) et créer un miroir sur lequel on envoyait des ondes ELF, utilisées pour communiquer par exemple avec les sous-marins : les ondes de très basses fréquences, ou ELF, ont en effet la propriété de pouvoir pénétrer plusieurs kilomètres sous terre ou sous la mer. Seulement ces ondes sont très peu directives, et il faut des antennes de plusieurs kilomètres de long (les sous-marins nucléaires traînent derrière eux des fil d'antenne de cette longueur). Avec Haarp,  l'ionosphère permet enfin de focaliser les ELF et d'envoyer des puissances gigantesques (on sait faire des émetteurs extraordinairement puissants dans ces gammes d'ondes) directement vers les sous-marins. Les applications sont incroyables puisque on parle même de recharger des batteries à distance...


Très rapidement, les militaires américains se sont aperçus que HAARP marchait super bien et que d'autres applications étaient envisageables : tout d'abord un "radar ELF" capable de scanner le sous-sol de la terre entière à la recherche de bases secrètes, et les mers à la recherche de sous-marins (qui ne donc sont plus du tout invisibles pour les américains, ce qui fout en l'air une bonne partie de la stratégie de dissuasion nucléaire, au moins française).

Enfin HAARP permet de créer une arme EMP, une arme à impulsion éléctromagnétique... sans faire péter de bombe atomique dans l'espace. Les armes EMP anéantissent instantanément toutes les communications et dispositfs électronique chez l'ennemi. Une arme EMP a été utilisée contre l'Irak en 1991 au cours de la guerre du gofe, ce qui explique pourquoi Saddam et sa clique se sont rendus si vite.

Mais le "jeu" ne s'est pas arrêté là : les américains ont très vite compris qu'ils pouvaient utiliser des énergies encore plus intenses pour détruire carrément des cibles terrestres ou aériennes... Et même carrément contrôler la météorologie 

 

 

L'objectif  réel de HAARP est simple :
Pouvoir atteindre et bombarder à volonté n'importe quel point de la terre et de l'espace proche avec un faisceau d'énergie directif ultra-puissant... sans utiliser de satellite ! Mais en fait Haarp marche si bien qu'un grand nombre de nouveaux objectifs sont apparut possibles et sont en cours de développement / tests :
  • Détruire en vol les missiles, fusées, avions et satellites, 
  • Mettre HS des installation electriques civiles et militaires
  • Communiquer avec les sous-marin même à grande profondeur
  • Provoquer des incendies dans des installations industrielles
  • Interdire les communications radio sur une zone donnée, à volonté
  • Scanner le sol et les océans à grande profondeur
  • Manipuler à distance l'esprit des gens et le comportement des foules (si, si !)
  • Réaliser un bouclier antimissile pour les USA
  • Attaquer des cibles au sol
  • Et même... contrôler le climat et créer une arme climatique

artificial_mirror.gif

Ces objectifs ne sont pas bien sûr avoués par les américains, car ils sont contraire à la convention ENMOD de 1977 qui interdit les modifications de la biosphère à des fins hostiles. Notons cependant que les nations-unis ont récemment, sur l'instigation des américains, exclu de leur ordre du jour les changements climatiques résultant des programmes militaires.

La première réalisation est une station située à Gakona en en Alaska, station dont la puissance double régulièrement au fur et à mesure que de nouvelles installations voient le jour (960 kW en 2003, 3,6 mégawatts en 2006, 20 mégawatts en 2008). 2 autres site on vue le jour,à Diego Garcia,et a Pine Gap en Australie.

 

Gakona en en Alaska

HAARP.jpg

 

 L'île américaine de Diego Garcia au sud ouest de l'inde


DiegoGarcia_02.jpg

 

Diego Garcia est un atoll de l'archipel des Chagos, dans le territoire britannique de l'océan Indien, un territoire britannique d'outre-mer2. L'îleprincipale de l'atoll, appelée elle aussi Diego Garcia, accueille une base militaire britannique louée à l'armée américaine. Les installations comprennent un aéroport, des hangars, des locaux techniques, des habitations et autres infrastructures civiles ainsi qu'un port en eaux profondes aménagé dans le lagon.

En 1971, les Chagossiens de Diego Garcia sont déportés par les autorités américaines vers les Seychelles et Maurice dans le cadre du développement des activités militaires dans l'atoll1,7. Depuis, Diego Garcia ne compte plus de population indigène1. Certains des anciens habitants de l'atoll y sont toutefois revenus en temps que visiteurs en avril 2006 mais sans possibilité d'y retourner y vivre1. Les Chagossiens continuent de réclamer un droit au retour sur Diego Garcia et malgré plusieurs décisions favorables des cours britanniques, le gouvernement du Royaume-Uni utilise des « pouvoirs spéciaux » pour empêcher leur retour.

 

Diego Garcia n'est pas toucher par le tsunami


Le 26 décembre 2004, la partie centrale de l'océan Indien est parcourue par un tsunami parti des côtes indonésiennes en raison du tremblement de terre survenu à Sumatra. Néanmoins, Diego Garcia n'est pas touché par les vagues contrairement aux Maldives situées plus au nord. La fosse des Chagos située à l'est en direction de la source des vagues et profonde de 5 000 mètres aurait absorbé une partie de l'énergie du tsunami qui s'est mué en une marée de deux mètres de hauteur qui a contourné l'atoll au lieu de concentrer son énergie sur lui.SOURCE WIKIPEDIA


  indianoceanard.gif

Tsunami lieu touché, et  nombre de mort en 2004 

affextsu.gif


 

 


SITE DE HAARP : http://www.haarp.alaska.edu/

 1970, Zbigniew Brzezinski, alors Directeur de la sécurité nationale du Président Carter, publiait un livre : "Betwen two ages", sur la possibilité de contrôler le climat.

Dans cet ouvrage, ce directeur de la NSA a tout simplement dévoilé le programme militaire de la nouvelle guerre secrète, une guerre invisible totale, destinée à ruiner les différents secteurs de production des pays concurrents des USA. "Les techniques de la modification du climat pourraient être utilisées pour produire des périodes prolongées de sécheresse ou d'orage". Quiet weapon for bilent war ! Telle serait la très discrète stratégie des Etats-Unis dévoilée par un haut fonctionnaire du Pentagone 

 14 janvier 1999  

RAPPORT sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère 

Commission des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense 

le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project), en raison de son impact général sur l'environnement, pose des problèmes globaux [Le Parlement européen] déplore que le gouvernement des États-Unis ait à maintes reprises refusé d'envoyer un représentant pour apporter un témoignage..

[Le Parlement européen] demande .. que soit établi un accord international visant à interdire au niveau global tout projet de recherche et de développement.. qui cherche à appliquer la connaissance des processus du fonctionnement du cerveau humain .. au développement d'armes, ce qui pourrait ouvrir la porte à toute forme de manipulation de l'homme

Le Figaro, 03 février 2005

Deux scientifiques américains ont réussi à provoquer les premières aurores boréales artificielles visibles à l'oeil nu, grâce à l'utilisation d'un puissant système militaire dédié à l'étude de l'ionosphère, la plus haute couche de l'atmosphère. L'instrument Haarp qui a servi à cette expérience fait l'objet de nombreuses polémiques car certains l'accusent d'êtrecapable de modifier le climat à des fins militaires, voire d'interrompre toute forme de communication radio sur la planète.

Haarp (High frequency active auroral research program) est-il un outil scientifique comme les autres, ou s'agit-il en fait d'une couverture pour un programme militaire américain ultrasecret visant entre autres à manipuler le climat en chauffant l'ionosphère avec des ondes radios ? Quelques activistes américains ainsi que des membres du Parlement russe pensent très sérieusement qu'il s'agit d'une «arme géophysique» d'un type nouveau qui pourrait radicalement bouleverser l'équilibre climatique de la planète entière. Certains rares habitants de la région en Alaska accusent Haarp de tous les maux 

 

De nombreux experts en armement et scientifiques ont fait part de leur vive inquiétude face à HAARP, y compris au parlement européen.  Le physicien allemand Zielinsky et le chimiste Richard William affirment que les énormes puissances mises en jeu sont susceptibles d'influencer la météorologie d'un pays et d'y provoquer des effets catastrophiques. Gratan Healy, expert en énergie, a été chargé par des parlementaires de rassembler des preuves sur cette arme terrifiante.

 


Pine Gap, en Australie.

PINE-GAP-AUSTRALIE.JPG

Une installation HAARP en australie pris en flagarnt délit d'émission par des satelites

63507164_p.jpg

Un dispositif similaire installé au centre de l’Australie permettrait d’atteindre des cibles inaccessibles depuis l’Alaska, aussi bien dans les hautes que dans les basses fréquences.Il y a un an, Colin Andrews  a reçu un courriel de quelqu’un en Australie affirmant qu’il a découvert un « anneau bizarre » venant du Sud-Est de l’Australie.
Les anneaux étaient énormes, gros comme l’Allemagne ou un État des États-Unis et ils ont été détectés par les satellites du gouvernement australien ainsi que par les radars météorologiques.
À cette époque, ils n’ont pas reçu toute l’attention requise et la plupart des gens n’étaient pas informé de cette technologie, …  mais  l’Australie fut frappée par des inondations catastrophique, … d’où l’analyse et la compréhension de ces anneaux est très importante …
Les médias australiens ont déclaré que ces anneaux sont tout à fait normal, mais maintenant, après les inondations, et que celles-ci ont prises « des proportions bibliques », ces étranges anomalies vont être réétudiées en détail …

Le premier anneau est apparu dans Sud-Ouest de l’Australie le 16 Janvier, 2010

63507168_p.jpg

 

 

Le Second anneau est apparu au nord-ouest de l’Australie le 22 Janvier 2010

 

 

secondring1.jpg

 

Un nouvel anneau capturés au nord du cyclone Olga, apparaissant au sud vers la place de la nouvelle place (Melbourne formé le 27 Janvier), seulement six jours avant la formation du grand cyclone Olga.

 

230110--1-.jpg

Mise à jour du 27/01/10 à 10h07:

On la croyait morte, et bien pas du tout. 
La tempête Olga s’est à nouveau bien organisée et se redéveloppe dans le sud-ouest du Golfe de Carpentarie, Nord du Queensland 

Une alerte cyclonique est en vigueur entre Cape Shield et Burketown (Queensland).

À 10h00, la tempête Olga était localisée à 926 km à l'ouest de Cairns.
Les vents soufflaient à 83 km/h près du centre du système. Un système qui pourrait se renforcer dans les prochaines 48h00.

Olga apporte de fortes pluies sur le nord du Queensland depuis plusieurs jours.
Les services météorologiques ont indiqué avoir relevé :
94 mm à Cairns, 90 mm sur l’île de Moyen-Percy, 81 mm à Woolshed, 68 mm à Burketown, 59 mm à Weipa, 56 mm à Townsville. 
Sur Cairns le cumul de ces 72 dernières heures et de 277, à Townsville il est de 152 mm.

63507170_p.jpg

En tout huit anneaux ont eté identifié sur sattelite un ans avant les terribles innondation.

 

EISCAT : notre HAARP à nous.

L'association scientifique EISCAT est une organisation internationale de recherches, qui exploite trois installations de radar à diffusion incohérente à 931 MHz, 224 MHz et 500 MHz, dans le nord de la Scandinavie.
Il est financé et exploité par les conseils de recherche de la Norvège, Suède, Finlande, Japon, France, le Royaume-Uni et l'Allemagne (collectivement, les EISCAT Associates).

EISCAT (European Incoherent Scattter Scientific Association) étudie l'interaction entre le Soleil et la Terre par l'intermédiaire des perturbations dans la magnétosphère et les régions ionisées de l'atmosphère.
(ces interactions pouvant également donner lieu à de spectaculaires aurores boréales)
Les radars sont utilisés pour des programmes communs de recherches, et servent aussi à mener des programmes spéciaux.
Pour les programmes spéciaux, le temps d'utilisation des installations est comptabilisé et réparti entre les associés selon des règles qui sont publiés de temps en temps.


- Un émetteur EISCAT est situé à proximité de la ville de Tromsø,en Norvège.

- Deux stations supplémentaires de reception sont situées :à Sodankylä, Finlande

- Et à Kiruna, en Suède. Le siège d'EISCAT est aussi situé à Kiruna

- En 1996, l'association scientifique EISCAT a construit une deuxième installation de radar dispersion incohérente , l'EISCAT Svalbard Radar (ESR), près de Longyearbyen, sur l'île de Spitsbergen, loin au Nord de la Norvège continentale.

 

SURA : Le HAARP russe.


Tout à fait similaire à l'installation américaine. Elle lui est par ailleurs antérieure de plus de 10ans:

319154762.jpg

L'installation de "chauffage ionosphérique" Sura est située près de la petite ville de Vasilsursk, près le la Volga et à 100 km de Nizny Novgorod. Elle est capable d'irradier 190 mégawatts dans la gamme des 4.5 à 9.3 MHz, ce qui représente la puissance d'une petite centrale nucléaire (...). Cette installation aurait vu le jour en 1981 ( Haarp, aux USA : 1993 ). Ce qui m'amuse c'est que le papier de Wikpedia anglophone annonce que les chercheurs de Sura ont découvert qu'on pouvait moduler l'ionosphère est basse fréquence, comme si c'était une grande découverte. J'ai expliqué tout cela de longue date dans cette page. C'est précisément un des buts de ce type d'installation : pouvoir utiliser l'ionosphère comme une immense antenne afin d'émettre en très basse fréquence pour communiquer avec les sous-marins ( seules les très basses fréquences pénètrent profondément dans l'océan ). 

 

 

17 mai 2011

Dans une interview récente accordée à une chaîne TV géorgienne, Vladimir Jirinovski, actuel vice-président de la Douma (Parlement de la Russie), s’emporte et menace la Géorgie : il affirme vouloir et pouvoir utiliser une arme destructrice si cet État souverain proche de la mer Noire n’acceptait pas la politique économique de la Russie...

Au fil de l'entretien, ses menaces  à l'encontre de cet État caucasien vont prendre une tournure prophétique. En ligne de mire, l'Europe, les USA et la Chine...

Jirinovski enchaîne et déclare que Washington n'a pas d'avenir, que les USA vont s'effondrer, puis ce sera le tour de Bruxelles et de la Vieille Europe, et la Chine qui à ses yeux est sur ​le point d'exploser !

Sa conclusion est sans équivoque : c'est la Russie qui sortira vainqueur de cette redistribution des cartes. La Géorgie n’a donc pas d’alternative. Car, si les Géorgiens tentent d'empêcher la Russie de rejoindre l’OMC, Jirinovski assène qu’ils s’attireront une grande « infortune ».

Il s’enflamme et ajoute que la Russie possède une puissance spatiale phénoménale et de nouvelles armes, que personne ne connaît encore et qui pourraient détruire la planète en moins de 15 minutes.

Selon lui, il s’agirait d’une arme « calme et paisible », ne provoquant pas d’explosions et susceptible d’annihiler toute vie sur des continents entiers. Jirinovski établit alors un étrange parallèle avec le Tsunami du Japon.. Certains ont d'ailleurs interprété ses propos de la façon suivante : la Russie détiendrait une arme capable de déclencher des tsunamis. 

 

Les machines 

A TREMBLEMENT DE TERRE 

 

A partir de 1975, l’URSS a ouvert de nouvelles recherches de Magnétohydrodynamique (MHD). Il s’agissait d’étudier la croute terrestre et de prévoir les séismes. Les Soviétiques étudièrent la possibilité de provoquer de petits séismes pour en éviter un grand. Ces recherches furent bientôt militarisées. Elles aboutirent à la construction de Pamir, la machine à tremblement de terre.Machine Pamir également appelée générateur MHD de Pavlowsky. Conçu par l'IVTAN Russe équivalent du Typhée Français conçu par le CEA.

Principe de fonctionnement : générateur MHD impulsionnel à rafale longue, un gaz chaud induit dans une tuyère génère des fréquences électriques permettant les vibrations des différentes couches terrestres.

Lors du démantèlement de l’URSS, des responsables de ce programme décidèrent par appât du gain de passer aux Etats-Unis, mais leur recherche étant inachevée le Pentagone refusa de payer. En 1995, alors que la Russie était gouvernée par Boris Eltsine et l’oligarque Viktor Tchernomyrdine, l’US Air Force recruta les chercheurs et leur laboratoire à Nijni Novgorod. Ils y construisirent une machine beaucoup plus puissante, Pamir 3, qui fut testée avec succès. Le Pentagone achèta alors les hommes et le matériel et les transporta aux USA, où ils furent intégrés au programme HAARP.

 

A TSUNAMI 

 

Durant la Seconde Guerre mondiale des chercheurs néo-zélandais ont tenté d’élaborer une machine à provoquer des tsunamis qui puisse être utilisée contre le Japon. Les travaux furent dirigés par l’Australien Thomas Leech de l’université d’Auckland, sous le nom de code « Projet Seal ». Plusieurs expériences à petite échelle furent réalisées, en 1944-1945, à Whangaparaoa. Elles furent couronnées de succès.

Les Etats-Unis considéraient ce programme comme aussi prometteur que le « projet Manhattan » de fabrication d’une bombe atomique. Ils désignèrent le docteur Karl T. Compton pour faire la liaison entre les deux unités de recherche. Compton était le président du MIT. Il avait déjà recruté de nombreux savants pour l’effort de guerre et il était l’une des huit personnes chargées de conseiller de président Truman sur l’usage de la bombe atomique. Il pensait que celle-ci pouvait fournir l’énergie nécessaire à l’équipe de Leech pour provoquer de plus vastes tsunamis.


Les travaux de Thomas Leech furent poursuivis durant la Guerre froide. En 1947, George VI éleva le savant à la dignité de Chevalier de l’Empire britannique pour le récompenser d’avoir élaboré une arme nouvelle.

Le Projet Seal étant toujours un secret militaire, il ne fut pas révélé à l’époque qu’il était honoré pour la bombe à tsunami. Par la suite, les services US se sont appliqués à faire croire que ces recherches n’avaient jamais existé et que tout cela n’était qu’un leurre pour impressionner les Soviétiques. Cependant, l’authenticité des essais de Leech a été établie, en 1999, lorsque une partie de la documentation a été déclassifiée par le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères. Officiellement les études ont repris aujourd’hui à l’université de Waikato.

 

 

 

 

 

       DOCUMENTATION


En 1995, un livre dénonçant le projet HAARP, publié aux USA, à plus de 25.000 exemplaires, a fait sensation. Il s'agit de l'ouvrage "Angels dont'play this HAARP", co-rédigé par deux auteurs, le Docteur Nick Begich, écologiste, et Jeanne Manning, spécialiste des énergies, dites "non conventionnelles'. 
Ce livre est heureusement traduit en français 

anges_haarp_150.jpg

 

Téléchargement du  Controle du climat PDF

http://www.megaupload.com/?d=84POGMWW

Tag(s) : #Ce que l'on ne nous dit pas.

Partager cet article